Brosio Transcompany Excursion Azur 

 Contactez-nous    04.92.19.06.77      06.12.15.48.27    brosio.transcompany@orange.fr

Professionnel agréé Transport routier de personnes (TPRP) et Voitures de transport avec chauffeur (VTC)

 

fren

Journée

 

Bordighera est située à environ 20 km de la frontière française. Il s’agit de la commune le plus au Sud de la région.

Bâtie aux pieds des Alpes maritimes, la ville jouit d’un climat particulièrement doux pendant l’hiver grâce à l’effet de foehn.

L’économie locale est basée principalement sur le tourisme, grâce au climat et à la beauté des lieux. La production d’olives et des dérivés (huile, pâté d’olives, etc.) a acquis une bonne réputation grâce à la production de la variété d’olive taggiasche qui a obtenu l’appellation d’origine protégée (AOP) en 1997.

Une autre activité importante est la floriculture et la production des plantes.

En juillet 1947 Bordighera fut visitée par Evita Peron et, en mémoire de cette visite, la promenade fut appelée Lungomare Argentina qui mesure environs 2 300 m et est la promenade piétonnière la plus longue de la Riviera.

La matinée sera consacrée au temps libre sur le célèbre marché italien de Bordighera avec déjeuner à votre convenance.

Départ à 14h30 vers Seborga pour une visite de 45 mn de cette ancienne principauté qui réclame aujourd'hui son indépendance.


La principauté de Seborga, en italien principato di Seborga, est une micronation qui revendique le territoire de la commune italienne de Seborga, dans la région de Ligurie.
En 954, le comte de Vintimille cède le fief de Seborga aux abbés de Lérins, qui en font une principauté ecclésiastique qui va durer pendant huit cents ans.
En janvier 1729, Victor-Amédée II de Sardaigne achète la principauté de Seborga à son propriétaire ecclésiastique, l'abbé Biancheri, mais sans en acquitter le prix ce qui explique que Seborga ne sera jamais mentionnée dans aucun traité ultérieur.


Dans les années 1950, des habitants de la commune de Seborga revendiquent la réactivation de l'indépendance par rapport à la République italienne, en vertu de son ancien statut de principauté dont la localité aurait joui autrefois, et ils considèrent comme illégale l'annexion au royaume de Sardaigne, puis à l'Italie.

La proclamation de Seborga en tant que principauté remonte à 1963 lorsque le fleuriste du village, Giorgio Carbone, est élu « prince Giorgio Ier de Seborga ».
Après la mort de Giorgio Carbone le 25 novembre 20097, la « régence » est assurée par Alberto Romano jusqu'à l'élection de Marcello Menegatto, un promoteur immobilier, le 25 avril 2010, qui est investi le 22 mai suivant sous le nom de règne de « Marcello Ier ». Il souhaite « continuer la lutte pour la réactivation de la reconnaissance de l'indépendance de la principauté et développer son économie » avec notamment la création d'un golf, la construction d'un centre d'affaires, d'une salle de spectacles et de conférences, d'une clinique, d'un hôtel de luxe et l'installation de galeries d'art.

Cependant, celui-ci se défend de vouloir créer un paradis fiscal, arguant que la Constitution de la principauté ne le permettrait pas.

Le 22 février 2016, Nicolas Mutte, un écrivain français, s'autoproclame « prince de Seborga » sous le nom de « Nicolas Ier ». Il aurait reçu l'« allégeance » de certains proches de « Marcello.